Les femmes préfèrent en rire

Synopsis

Le féminisme a-t-il besoin du rire pour se propager ? C’est ce que pense une nouvelle génération de femmes humoristes. Elles revendiquent grâce à l’humour un féminisme salutaire et apaisé, bienvenu après la vague #MeToo. Effrontées et prônant leur féminité, elles parlent d’elles, de leurs combats et de leur vision politique dans l’espoir de faire évoluer les mentalités. Depuis quelques années, les femmes humoristes et les stand-upeuses se bousculent sur les plateaux. Mordantes, insolentes, le regard aiguisé, elles déploient leurs armes de dérision massive. Assumées, et en partie issues de la diversité, elles insufflent un vent nouveau dans le milieu du one(wo)men-show. Elles n’épargnent rien ni personne, et abordent avec une légèreté déjantée des sujets encore tabous tel que : les violences conjugales, le sexisme, le harcèlement et le consentement, rapports sexuels, règles, patriarcat, inceste, port du voile, religion, maternité … Tout y passe. Partant de leur vécu (règle d’or du stand-up : tout doit être vrai – ou presque) elles alimentent une improbable liaison entre féminisme et humour, et inversement.

Réalisatrice

Réalisatrice et photographe, Marie Mandy compte à son actif une trentaine de documentaires, toutes durées confondues, diffusés en France et en Belgique. Installée aujourd’hui dans l’hexagone elle porte des films exigeants et engagés sur le grand comme le petit écran. Ses films questionnent l’identité, le genre, la différence, la création, la place de la femme dans la société et dans l’art. Elle accorde de l’importance à la différence et la maladie. Ses films VOIR (sans les yeux), a reçu le prix Europa à Berlin en 2004, et le prix Henri Storck du Meilleur documentaire Belge en 2005. MES DEUX SEINS, journal d’une guérison, également primé à l’Etoile de la Scam et pour le Prix Europa, a été projeté lors de nombreux débats sur le cancer du sein. Elle s’intéresse aussi au suicide, les relations mère-filles et l’homosexualité chez les adolescents, dans ses courts métrages J’SUIS PAS MORT, COMMENT LE DIRE A SA MERE et NOS PARENTS SONT GAYS ET C’EST PAS TRISTE. Sa filmographie comporte aussi bien des films scientifiques très personnels comme L’UTERUS ARTIFICIEL, le ventre de personne, des films environnementaux INONDATIONS, une menace planétaire, que des films politiques OUI MAIS NON, le compromis à la Belge. Marie Mandy a toujours défendu la création, en militant activement dans les associations professionnelles de réalisateurs.

Générique

COPRODUCTION : Cinéphage, Simple Production (Belgique), le CBA (centre de l’audiovisuel à Bruxelles), France Télévisions, la RTBF (télévision belge) secteur documentaire

IMAGE : Fiona Braillon

SON : Patrick Mauroyeric Chabot

ARCHIVES : Teva

Durée : 52″

Soutiens

Le film a pu compter sur le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du CNC et de la Région Sud, Procirep Angoa

Sortie

Octobre 2021